— Bio —
Cliquez sur les photos pour les agrandir
MON GAY PARIS
Paris et toutes ses rues où les gays jouent les piétons de la rue : cela, c’est à toute heure. Et c’est une situation socio-historique, proprement. Car à l’époque, la rue, notre royaume est très vivante : on y drague, et c’est comme rien. Ça passe partout et c’est simple comme une lettre à la poste. 
Dans cette première époque, encore très bourg’ nous sortons rue Sainte-Anne, aux bords immédiats des Tuileries avec un premier spot et stop plus abordable
Les homosexuels se sont depuis fort longtemps appropriés certains lieux de sociabilité. Comment ne pas citer, fameux entre tous, le Jardin des Tuileries, sa non moins célèbre terrasse du bord de l’eau. 
Le Marais, comme la vie a profondément changé : Les lieux et les rues ont profondément marqué notre histoire gay et nous les avons très profondément marquées en retour.
J’aime beaucoup m’asseoir à la terrasse du Carrefour, tout à la fois agréable et très bon point d’observation de la divagation chasseuse ou non des garçons qui s’y promènent y flanent en bandes ou comme de vieux loups solitaires, tout autant y prendre un petit noir au comptoir dans une ambiance qui résiste à cet air du temps
— LA COURSE AU BONHEUR —
La Course au Bonheur Histoires d’une vie, gay se situe dans la réalité de la fin du XXème siècle. 

Tentative d’écrire cette expérience de la vie : suite d’images documentarisées -à travers une subjectivité et une intimité revendiquée - dès les premières pages. 

Album-Souvenirs - impressions tour à tour graves, heureuses, douces-amères ou acides- dont on tourne les pages définitivement pour liquider le passé - émaillé d’incursions heureuses, vers le vierge, le vivace et le si bel aujourd’hui et qui colle le plus possible à la réalité de la vie gay contemporaine enchâssée qu’elle est dans cette promenade amoureuse d’en France - et qui a toujours gardé en ligne de mire et comme horizon définitif la réalité urbaine et Paris. 

Autant d’arrêts sur images et sur mots, certes, mais jamais statufiés, fossilisés dans le passé, car le récit est un chant d’amour à la vie présente, vivante et s’achève sur un hommage vibrant à l’amour présent. Vive la vie !
Back to Top